Article

LT

30 maart 1950: Léon Blum overlijdt. R.I.P.

ID: 195003308887

Léon Blum, 8 avril 1872 / 30 mars 1950

Président du Gouvernement Provisoire Français du 18 décembre 1946 au 16 janvier 1947.
Né à Paris d'un père mercier et négociant en textiles, il est issu de la bourgeoisie juive alsacienne.
Licencié en droit (études faites à la Sorbonne) il entre au Conseil d'état, en 1910, en qualité d'auditeur puis de maître des requêtes.
Sous l'influence des excès antisémites pendant le procès contre l'officier juif Alfred Dreyfus, Blum s'engage dans le Parti Socialiste dès 1899.
En 1904, il collabore à l'Humanité (fondé avec Jean Jaurès) en qualité de journaliste. Il y publia des travaux de critique littéraire et dramatique.
Député de la Seine de 1919 à 1928 et de l'Aude de 1929 à 1940.

Président du Conseil, du 4 juin 1936 au 21 juin 1937 et du 13 mars au 8 avril 1938.

En 1920, il participe au Congrès de Tours et choisit de rester membre de la Section française de l'Internationale ouvrière contre la minorité communiste. Il devient alors le chef incontesté du PSF.

Partisan d'un socialisme réformiste et humaniste, il fondait davantage d'espoir sur une transformation progressive de la société que sur la rupture révolutionnaire.

En 1923, Blum proteste contre l'occupation de la Ruhr par les troupes françaises et belges.

Président du Conseil, il entreprit un vaste mouvement de réformes politiques et sociales, afin d'enrayer le chômage :
la semaine de travail fut réduite à quarante heures,
les premiers congés payés institués (douze jours ouvrables par an),
des augmentations de salaires accordées,
les conventions collectives encouragées.

La Banque de France ne fut pas nationalisée mais son Conseil général fut réformé pour donner à l'état une possibilité de contrôle plus importante, certaines usines fabriquant du matériel de guerre furent nationalisées, une politique de soutien aux agriculteurs fut mise en place et le franc fut dévalué. L'opposition de droite était virulente et se déchaîna contre la personne même de Blum (sur fond d'antisémitisme, Charles Maurras inspirateur de L’Action Française écrivant: "c'est en tant que Juif qu’il faut voir, concevoir, entendre, combattre et abattre Blum".).

La France adopta vis-à-vis de la guerre civile espagnole une politique de non-intervention qui persuada l'Allemagne nazie de la faiblesse française.

Au milieu de l'année 1937, la droite (majoritaire au Sénat), refuse d'accorder au gouvernement les pleins pouvoirs afin de faire face à la crise financière. Léon Blum dût démissionner, mais il fut rappelé pour gouverner un mois en mars 1938, le gouvernement traversant une nouvelle crise.

Après la capitulation de la France devant l'Allemagne en 1940, Blum fut arrêté par le gouvernement de Vichy. Il fut jugé à Riom avec d'autres pour avoir causé la défaite militaire de la France, mais les auditions furent la cause d'un tel embarras pour le gouvernement de Vichy que le procès tourna court. Le maréchal Pétain décide donc, le 7 avril 1942, de suspendre les séances et condamne Léon Blum à la prison à vie.

Il resta emprisonné de 1942 à 1943 à la maison d’arrêt de Bourrasol, puis le 5 avril 1943, livré à l'Allemagne avec Edouard Daladier. Emprisonné dans les camps de concentration de la hêtraie, Dachau puis Buchenwald, il fut libéré par les troupes américaines en mai 1945.

Son autorité politique et morale lui valut d'être désigné pour négocier la dette de guerre française vis à vis des Etats-Unis.

Il fut avec Jean Monnet l'artisan des accords qui annulèrent les dettes de guerre de la France et prévoyèrent le versement de prêts sans intérêt.

Il dirigea un dernier gouvernement provisoire qui eut la charge d'achever la mise en place des institutions de la future 4ème République.

La maladie le tint ensuite à l'écart du pouvoir jusqu'à sa mort.

Il meurt à Jouy en Josas le 30 mars 1950.

http://membres.lycos.fr/histoiredefrance/articles/personnalites/Blum.htm (20030910)

Land: FRA