Article

LT

22 juni 1942: eerste konvooi 1/67 vanuit Drancy

ID: 194206221588

Parmi tous les camps ayant existé en France pendant la Deuxième guerre mondiale, Drancy occupe une place exceptionnelle. Il a concentré le plus grand nombre de personnes (plus de 70 000) et a fonctionné comme le principal lieu de départ vers les camps d'extermination nazis : 67 convois sont partis d'ici. Le premier en date du 22 juin 1942 comptait près de 1000 personnes. La majorité des victimes du nazisme en France sont passées par Drancy, dernière étape avant Auschwitz.

La cité de la Muette, construite dans les années trente, a été réquisitionnée par l'armée allemande le 14 juin 1940.

(foto) Ce bâtiment en forme de U a fonctionné tout d'abord comme camp de prisonniers de guerre et devient, le 20 août 1941, un camp de concentration de Juifs. Il fonctionne pendant trois ans - jusqu'au 17 août 1944 - comme le principal lieu de rassemblement et de déportation.

Les premiers internés juifs du Camp de Drancy arrivent ici le 20 août 1941, à la suite de la rafle dénommée "Rafle du 11ème arrondissement" car la plupart des 4232 Juifs arrêtés habitaient ce quartier.

Au camp de Drancy, rien n'a été prévu pour accueillir un si grand nombre de personnes. La famine sévit, provoque des décès et 800 personnes très affaiblies sont libérées début novembre. Les internés sont alors autorisés à recevoir un colis alimentaire. Pendant la première année, le camp de Drancy est placé sous l'autorité suprême de l'allemand Dannecker.

Un fonctionnaire français, nommé par la Préfecture de police assure le commandement du camp, tandis que la garde extérieure et la surveillance intérieure sont assurées par des gendarmes français.

Plusieurs services sont créés dans le camp, assurés par les internés.

Pendant la première année de son existence, les internés du camp de Drancy étaient des hommes mais suite à la "rafle du Vel d'Hiv'" du 16 et 17 juillet 1942, le camp comporte aussi des femmes et des enfants. De nombreux enfants arrivèrent à Drancy sans leurs parents, qui avaient déjà été déportés.

Le 2 juillet 1943, une équipe de cinq Allemands, ayant à sa tête Aloïs Brünner, prend le contrôle du camp de Drancy. L'administration française est relevée de ses fonctions et les gendarmes n'assurent plus la garde extérieure. Le camp de Drancy devient alors un véritable camp de concentration nazi. Le régime de la responsabilité collective est instauré et un petit nombre de nazis assure le contrôle du camp. Si un interné faisait une tentative d'évasion, les Allemands appliquaient le principe de la responsabilité collective et cinquante internés étaient systématiquement victimes de sévices. Un groupe d'internés Résistants réalisèrent alors un tunnel, destiné à permettre l'évasion de la totalité des internés.

Lorsque ce tunnel a été découvert par les nazis, il mesurait 38,50 mètres de long et devait aboutir, 1,50 mètre plus loin, dans l'avenue Jean Jaurès. Les Allemands arrêtèrent quatorze membres de l'équipe du tunnel, qui furent interrogés sous la torture. Il furent déportés par le 62ème convoi, le 20 novembre 1943. Sur les quatorze, douze sautèrent du train en marche et purent, ainsi, rejoindre la Résistance.

"Arrachez vos étoiles !" : ce cri retentit au camp de Drancy le 17 août 1944, lorsque le S.S Aloïs Brünner prend la fuite. Les deux semaines qui ont précédé ont été marquées par des menaces constantes de déportation. Le 31 juillet, alors que les Alliés s'approchent de Paris, le dernier convoi n°77 quitte Drancy avec 1300 victimes dont 300 enfants et adolescents.

http://www.europe-memoire.org/dossier/dossier2.html (20031016)

Land: FRA