Article

NN

Un crime d'Etat ? : La mort étrange de Pierre Bérégovoy, par Eric Raynaud

ID: 200805011811


Le 1er mai 1993, Pierre Bérégovoy décédait «après s'être tiré une balle dans la tempe», selon la version officielle servie aux médias.
Le 1er mai 2003, alors qu'on commémore le dixième anniversaire de sa mort, Eric Raynaud se penche par curiosité sur les archives de 1993. Une photo du Premier ministre le trouble : elle semble montrer un impact de balle au sommet du crâne. Il y aurait donc eu une deuxième balle. C'est-à-dire une de trop...
C'est le début d'une enquête passionnante durant laquelle l'auteur se verra confirmer l'existence de ce deuxième projectile, rencontrera des dizaines de témoins, dans la Nièvre, à Paris et sur la Côte d'Azur, jusqu'à démontrer l'assassinat de Pierre Bérégovoy. Une enquête très discrète des Renseignements généraux, comme il le découvrira en route, arrive aux mêmes conclusions que lui... Ce fait majeur de la Ve République, longtemps occulté, est toujours resté suspect dans la mémoire collective, à propos de «Béré», un homme proche de la «France d'en bas».

L'auteur dévoile ici son enquête captivante qui se lit comme un roman policier, conduisant ainsi le lecteur dans les arrière-cours de la République, dans ses manipulations, ses non-dits et autres faux-semblants.
A Eric Raynaud est journaliste indépendant spécialisé dans l'investigation. Son premier ouvrage, consacré aux disparues de l'Yonne (Les Réseaux cachés des pervers sexuels, Éditions du Rocher, 2004), a reçu le prix de la justice citoyenne, lia été sélectionné pour le prix Comte de Monte-Cristo, soutenu par Jean-Marie Rouart, de l'Académie française, et pour le prix littéraire de la gendarmerie nationale (catégorie enquêtes).