Search our collection of 11.997 BOOKS

Author
Title
Publisher
Keywords
Booknr

Search our 2.829 News Items

INDEX AUTHORS


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

We found 4 books

We found 2 news item(s)

18 februari 2017: Micheline Croonen-Lenaerts (1930-2017) overleden. R.I.P.
Edited: 201702180965
Micheline was de echtgenote van Louis Croonen.
X
18 juli 1991: André Cools (PS) vermoord
Edited: 199107180611
André Cools est né et a grandi dans le monde ouvrier, plus précisément dans la Maison du Peuple que géraient ses parents à Flémalle. Son grand-père paternel, ouvrier à Marihaye, fut longtemps privé du droit de vote en raison d’un lourd casier judiciaire pour fait syndical. Son père, Marcel, était délégué syndical des métallurgistes de la province de Liège et échevin du POB à Flémalle. La pensée d’André Cools restera imprégnée de ce milieu rempli de solidarité et d’amitiés : ce sont les amis (Joseph Sevrin, Émile Deloye, etc.) de son père, déporté et décapité à Mauthausen (1942), qui le prendront en charge, lui permettant de terminer ses humanités gréco-latines.

Sa participation au Congrès national wallon de Liège, en octobre 1945, les manifestations contre le retour de Léopold III (il accomplit alors son service militaire) ainsi que les grèves de 1960 lui font prendre conscience de la réalité wallonne. Membre de Wallonie libre (1959), disciple d'André Renard, il adhère au Mouvement populaire wallon dès sa création en 1961. Présent à tous les grands rendez-vous wallons du début des années 60, André Cools fait notamment partie du comité de patronage du pétitionnement (1963). Quand, avec Freddy Terwagne, Léon Hurez et Ernest Glinne, le nouveau bourgmestre de Flémalle se retrouve à la lisière du PSB, en décembre 1964, il choisit de défendre l'idée wallonne à l'intérieur du PSB. Considéré comme rebelle à ce moment, il se retrouve, cinq ans plus tard, à la suite du décès de JJ Merlot, à la tête du gouvernement qui introduit dans la Constitution les principes de réformes institutionnelles instaurant un fédéralisme en Belgique. Coprésident du PSB et premier président du PS, André Cools se dit favorable à un régionalisme radical proche d'une forme de confédéralisme. Il contribue à la deuxième réforme de l'Etat qui crée les communautés et les régions disposant d'un exécutif et d'une assemblée légiférant par décret.

Secrétaire-receveur de la commission d'assistance publique en 1947, André Cools est devenu l'un des principaux mandataires du Parti socialiste. Élu tour à tour conseiller communal (1949-1968), député (1958-1991), il a été pour exercer les mandats de bourgmestre de Flémalle-Haute (1964-1991), ministre du Budget (1968-1971), vice-Premier ministre (1969-1972), président du Parti socialiste belge (1973-1978) puis du Parti socialiste (1978-1981), ministre d’État (1983), président du Conseil régional wallon (1982-1985), et ministre de la Région wallonne, en charge des Pouvoirs locaux, Travaux subsidiés et Eau (1988-1990). Il attache notamment son nom au décret sur l'eau avant de se retirer de la vie politique, le 1er mai 1990.

Néanmoins, à la tête d'un véritable réseau qu'il avait tissé (SMAP, SA Néos, Holding Meusinvest, présence dans de nombreuses intercommunales), il entendait continuer à oeuvrer pour le développement économique de la région liégeoise, lorsque, le 18 juillet 1991, un bras meurtrier a mis un terme à la vie de cette personnalité hors du commun. Le procès visant à élucider cet assassinat s’est ouvert à Liège le 17 octobre 2003.


Pour une biographie plus complète, on se reportera à la notice qui lui est consacrée dans l’Encyclopédie du Mouvement wallon, sous la direction scientifique de Paul Delforge, Philippe Destatte et Micheline Libon, Charleroi, 2000, tome 1, p. 367-369.

src: Institut Destrée (201602141602)