Edited: 193403057574
LT
1934: anti-fascistisch comité van intellectuelen
REMOND 1988: 964

L'indispensable

Le manifeste "Aux travailleurs" (5 mars 1934) est le texte fondateur du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA), créé sous le patronage de trois personnalités emblématiques des familles de la gauche, l'ethnologue Paul Rivet, socialiste, le philosophe écrivain Alain, proche du radicalisme, le physicien Paul Langevin, sympathisant du communisme. Le CVIA, large rassemblement d'intellectuels confrontés au défi fasciste à l'intérieur comme à l'extérieur, fut un précurseur du Front populaire par sa volonté unitaire. Il en préfigura également les déchirements face à la montée des périls extérieurs et les difficultés à conjuguer antifascisme et pacifisme.

Le document

Aux Travailleurs

Unis, par-dessus toute divergence, devant le spectacle des émeutes fascistes de Paris et de la résistance populaire qui seule leur a fait face, nous venons déclarer à tous les travailleurs, nos camarades, notre résolution de lutter avec eux pour sauver contre une dictature fasciste ce que le peuple a conquis de droits et de libertés publiques. Nous sommes prêts à tout sacrifier pour empêcher que la France ne soit soumise à un régime d'oppression et de misère belliqueuses.

Nous flétrissons l'ignoble corruption qu'ont étalée les scandales récents.

Nous lutterons contre la corruption ; nous lutterons aussi contre l'imposture.

Nous ne laisserons pas invoquer la vertu par les corrompus et les corrupteurs. La colère que soulève les scandales de l'argent, nous ne la laisserons pas détourner par les banques, les trusts, les marchands de canons, contre la République qui est le peuple travaillant, souffrant, pensant et agissant pour son émancipation.

Nous ne laisserons pas l'oligarchie financière exploiter comme en Allemagne le mécontentement des foules gênées ou ruinées par elle.

Camarades, sous couleur de révolution nationale, on nous prépare un nouveau Moyen Âge. Nous, nous n'avons pas à conserver dans le monde présent, nous avons à le transformer, à délivrer l'Etat de la tutelle du grand capital - en liaison intime avec les travailleurs.

Notre premier acte sera de former un comité de vigilance qui se tiendra à la disposition des organisations ouvrières.

Que ceux qui souscrivent à nos idées se fassent connaître.

Le bureau provisoire Alain, Paul Langevin, Professeur au Collège de France et Paul Rivet, Professeur au Muséum.

http://biosoc.univ-paris1.fr/frameset/hist_txtima.htm (20031002)
193403057574