PAULUS Jean-Pierre, Magistrat honoraire, Chef de Cabinet ad. honor. de S.M. le Roi, Président de l'Institut Supérieur des Etudes Sociales du Congo Belge et du Ruanda Urundi.
Droit public du Congo Belge
Hardcover, 519 pp., large in-8. Bibliographie et annexes.
Nationalité : Belgique
Né(e) : 1920
Mort(e) à : Waterloo , le 5/5/2000
Biographie :
Jean-Pierre Paulus a fait des études de droit et fut avocat.
Durant la seconde guerre, fut membre de l'armée secrète, après la guerre membre de divers cabinets ministériels, chef de cabinet du premier ministre et fut de 1950 à 1956 chef de cabinet adjoint du Roi des Belges et présida par la suite l'Institut Supérieur des Études sociales du Congo.
Il a collaboré à la revue "Terre d'Europe" où il a publié de nombreux articles sur la situation congolaise avant l'indépendance de ce pays.
Il est auteur d'autres ouvrages traitant tant juridiques que d'histoire de la peinture belge.

====================

SECTION III
Les droits politiques.
427. « Comme nous l'avons dit à la rubrique « Généralités », les habitants du Congo ne jouissent d'aucun droit politique. Les habitants du Congo ne participent en rien au gouvernement puisqu'ils ne peuvent ni élire les gouvernants, ni éventuellement être élus gouvernants.
Il est tout à fait normal que le législateur de 1908 n'ait pas envisagé d'accorder l'usage de ces droits aux habitants du Congo : en effet, à cette époque encore, beaucoup plus que maintenant, leur degré de civilisation les rendait totalement impropres non seulement à les exercer, mais même à en comprendre la portée ou l'importance.
Actuellement, des problèmes sociaux existent au Congo, mais ils ne revêtent aucun caractère d'ordre politique. La préoccupation des autorités belges doit être de veiller à ne pas se voir devancées par les événements qui ne manqueraient pas alors de transformer des revendications sociales en programme politique. Ces territoires ne sont pas encore mûrs pour ces questions. Parfois des organismes d'appartenance idéologique à l'un ou l'autre parti européen ont voulu grouper des adeptes. Ces actions sont prématurées au Congo. Le noir n'a aucune notion qui lui permette de comprendre nos raisonnements politiques. L'élection ne se conçoit dans son esprit qu'en vue de la discussion de problèmes matériels immédiats et d'un mandat concret. Les expériences faites en ce sens le démontrent clairement. Il faut cependant les multiplier et veiller à leur donner un caractère de plus en plus élevé, mais uniquement en vue de former les noirs à l'esprit démocratique et de les placer progressivement en face de certaines responsabilités. C'est dans ce sens qu'a été réalisée, en 1957, la première réforme tendant à l'éducation politique des Congolais : l'élection des autorités communales et urbaines (voir supra).

€ 50.0

Bestel